Annoncez vos observations de vers luisants !

Guidés par le luminion discret des vers luisants, les observateurs en herbe et avérés sont invités à éteindre la lumière dans les jardins, les maisons… pour laisser une place d’obscurité à ce poétique insecte et peut-être l’apercevoir ?

Les espèces présentes à Neuchâtel

Les vers luisants et lucioles ne sont pas des vers, mais des insectes. Ils appartiennent plus précisément à l’ordre des coléoptères et font partie de la famille des Lampyridés (Lampyridae).
Il existe, en Suisse, quatre espèces de Lampyridés, dont deux espèces de vers luisants et deux espèces de lucioles.

  • le ver luisant commun (ou grand lampyre ; Lampyris noctiluca), parfois appelé grand lampyre, présent un peu partout dans le pays (carte) ; bien présent à Neuchâtel.
  • le petit lampyre (Lamprohiza splendidula), quelques rares populations au Tessin, à Berne, à Zurich, à Schaffhouse et le long de l’Aar vers Würenlingen (carte) ; pas d’observation à Neuchâtel, donnée la plus proche à Chiètres.
  • la luciole italienne (Luciola italica), présente au Tessin et dont quelques individus allochtones ont été observés à Zurich, vers Yverdon et Lausanne (carte) ; pas d’observation à Neuchâtel, donnée la plus proche à Yvonand.
  • la luciole à ailes courtes (Phosphaenus hemipterus), présente principalement au nord des Alpes et observée notamment autour du lac Léman et du lac de Bienne (carte) ; assez fréquente mais à un mode de vie plus discret; dernière observation à Neuchâtel en 2010.

==> Si vous observez un lampyridé à Neuchâtel, il s’agit très certainement d’un ver luisant commun.

Comment les observer?

Amours lumineux de fin mai à juillet
Le ver luisant est certes devenu plus rare, mais il est encore possible de l'observer dans de nombreux endroits si l'on cherche au bon moment. La période de luminescence des femelles s'étend sur quatre semaines, durant les chaudes et belles nuits d'été de juin à juillet environ. Pour cela, il est préférable d'observer les vers luisants dans les endroits sombres des parcs, des vieux jardins, des lisières de forêt ou à proximité des zones humides près du sol. Ils brillent principalement durant la première moitié de la nuit, du coucher du soleil jusqu'à minuit.

Des larves discrètes
Les vers luisants passent la majeure partie de leur vie à l'état larvaire (environ 2-3 ans). La larve est certes discrète et vit cachée dans les sous-bois, mais avec un peu de chance et un regard exercé, il est possible de l'apercevoir à proximité d'un tas de feuilles ou de branches. On peut par exemple ramasser les feuilles ou les branches qui se trouvent au sol et chercher les larves en dessous. Les larves passent toute l'année dans les sous-bois et peuvent y être particulièrement bien observées d'avril à octobre. Les nuits nuageuses ou dans les endroits sombres, il est même possible avec un peu de chance, de trouver les larves qui brillent faiblement. On peut relativement bien reconnaître les larves grâce à une série caractéristique de points orange sur leurs flancs.

Annoncez vos observations !

La distribution et la présence des vers luisants et des lucioles restent mal connues. Vos observations sont donc importantes et précieuses pour notre travail : transmettez-les !

Sous la rubrique «Remarques» lors de la saisie de votre observation, vous pouvez ajouter des informations sur le milieu dans lequel vous avez observé un insecte lumineux, les conditions de lumière, combien d'animaux vous avez vus, la larve que vous avez aperçue en jardinant ou tout autre information importante qui peuvent contribuer au suivi de ces espèces sur le long terme. Plus vos informations sont précises, plus votre rapport a de la valeur !

Si vous en avez la possibilité, vous pouvez également prendre une photo de l’animal. A noter que si on enclenche le flash, on ne verra pas la lumière émise par l’insecte.

Artporträt

Phosphaenus hemipterus
Lampyris noctiluca
Lamprohiza splendidula